Rejet

Comment reconnaître la blessure du rejet et la guérir?

 

 

Bonjour à tous!

 

Tout le monde ne va pas se reconnaitre dans Tout le descriptif! Laissons notre libre arbitre s’en mêler un peu et écoutons nos sentis. Pour cacher nos blessures, notre égo se développe de façons différentes, nous adoptons alors des comportements qui diffèrent selon les individus. Chaque individu est unique donc à chaque situation sa réaction. Néanmoins, nous pouvons aujourd’hui identifier certains comportements qui seraient liés à des blessures. Alors, ces comportements ne sont pas toujours présents, non, ils sont juste là, à un moment donné et face à une situation bien particulière, en tout cas, qui va réveiller notre blessure. Nous ne sommes pas nos blessures! pour sortir de ce cercle infernal, il y a des solutions, et la première, c’est…de les voir!

Reconnaître la blessure du rejet.

Nous avons la possibilité d’explorer une bonne partie de notre Être : sur le plan physique, sur le plan émotionnel, sur le plan comportemental et mental.

Le rejet n’est pas la même chose que l’abandon. La personne qui souffre de rejet se sent rejetée dans tout son être. Ce n’est pas simplement mental, c’est une sensation indescriptible.

 

Le plan Physique.

La blessure du rejet est plus ou moins visible sur notre corps physique, selon si la blessure est profonde ou non. La plupart des personnes marquée par cette blessure ont un corps mince voire maigre, étroit et contracté (c’est une généralité, il est possible que ce ne soit pas tout le corps qui soit marqué par cette blessure). Quand on regarde une personne souffrant du Rejet, on a l’impression que son corps est replié sur lui-même. Les yeux sont petits marqués par la peur ou alors, on a une impression de vide, on peut même observer des cernes. La voix est éteinte et faible.

 

 

Le comportement.

Elle n’a pas beaucoup d’appétit, Il est souvent coupé par les émotions, elle mange des petites portions. Elle aura tendance à prendre du sucre ou de l’alcool ou de la drogue. (C’est juste un moyen de fuir.)

Elle s’habille avec des vêtements sombres pour ne pas être vu.

La personne avec la blessure de rejet se sent seule. Elle a tendance à s’isoler, comme si son existence était de trop. Dans n’importe quelle situation, elle s’efface. Devant une situation qui l’embarrasse, elle prend la fuite, c’est son mode de fonctionnement, il n’est même pas conscient la plupart du temps. Elle est souvent détachée du monde matériel, cela lui permet de ne pas avoir d’attachement aux choses et donc de fuir plus facilement… ET, elle sait se rendre invisible! Souvent quand on l’interpelle pour lui demander son avis, elle répond qu’elle n’a RIEN d’intéressant à dire. Dans le vocabulaire que cette personne emploie, on entendra souvent les mots : « Nul », « Inexistant », « Rien ».

Un enfant souffrant de cette blessure s’amuse seul, il est dans son monde imaginaire, il est sage et tranquille, il ne fait pas de bruit, on ne l’entend pas!

Dans sa sexualité, la personne souffrant de rejet pense que la sexualité ne fait pas bon ménage avec la spiritualité. Elle a tendance a se couper de sa sexualité.

 

Le plan émotionnel.

Son émotion de base est la haine (c’est un grand amour déçu qui se transforme en haine), la rancune, la panique.

Si l’individu marqué par le Rejet pense qu’il pourrait paniquer dans une situation donnée, sa première
réaction sera de fuir, de se cacher. Car la panique le cloue sur place et plutôt que de vivre cela, il préfère se sauver. Il n’est pas conscient de se comportement parce qu’il ne le vit pas en général, il fuit avant. En revanche, son entourage peut observer son agitation.

 

Le plan mental.

Sa croyance est qu’elle est nulle et sans valeur. Elle n’arrive pas à prendre sa place. Elle croit qu’elle n’a pas le droit d’exister. Elle pense qu’elle dérange forcément l’autre! Elle a tellement peur de prendre trop de place que lorsqu’elle a de l’attention, elle perd ses moyens. Si on lui coupe la parole, par exemple, elle pense qu’elle n’a pas de valeur, qu’elle n’a pas d’importance et non ce qu’elle dit! Cette personne n’ose pas demander. N’ose pas tout court, de peur de déranger. Et automatiquement, la pensée, « je suis nulle » ou « je ne mérite pas son attention » arrive, avec une forte émotion derrière. Et comme, c’est un cercle vicieux, on va créer un comportement adapté pour confirmer notre pensée automatique. Bien sûr, tout ceci est en mode automatique, non conscient!

 

Guérir de la blessure du rejet.

Les atouts.

Derrière la blessure du Rejet se cache de belles qualités, qui peuvent être visible en mode « situation sans panique »! La personne qui porte cette blessure est une bête de travail, on peut lui en demander beaucoup, elle gère, elle a aussi une grande capacité à créer et à travailler seule. Elle est efficace et perspicace. Les « défauts » nommés ci-dessus peuvent être transformés en véritable mine d’or! Cette personne saura réagir en un clin d’oeil face à une situation d’urgence. Une fois sa blessure guérie, elle n’aura pas besoin des autres pour être heureuse.

 

Conclusion

Il n’y a qu’une chose à faire, détecter la pensée automatique. Comment? Quand nous ressentons une émotion désagréable. Ainsi, nous verrons notre comportement face à une situation et nous pourrons envisager une autre façon de penser, de voir. Cela demande de notre présence à nous. C’est tout simple et en même temps, il faut des années pour devenir simple!

La bonne nouvelle c’est que lorsque l’on prend sa place, quand on ose s’affirmer , la blessure est en train de guérir et du coup, on attire beaucoup moins de situations qui vont susciter la panique. Bref, nous pourrons vivre plus heureux, ça vaut le coup d’essayer!!!

Et, cerise sur le gâteau, si on guérit sa blessure, il y a un effet générationnel. Ainsi, les blessures de vos parents et celles de vos enfants seront en voie de guérison! Magique non???!!!! 😀

 

Allez, à bientôt pour de nouvelles aventures!

Au prochain épisode… (Ta-Ta-Ta-Tan..!!! 🎶) : La blessure d’injustice.

 

Lumineusement vous.

 

Sylvie Gréau.

Thérapeute Holistique.

 

 

PS : Postez vos commentaires tout en bas de la page, merci!!

 

 

 

 

5 commentaires sur “Comment reconnaître la blessure du rejet et la guérir?

  1. Bonjour Sylvie.
    un sujet qui me touche tout particulièrement. j’apprécie votre analyse à la fois simple et précise. Je découvre malgré tout qu’il existe selon vous une différence entre le rejet et l’abandon. je reste sur ma fin et m’interroge sur cette distinction.  » Le rejet n’est pas la même chose que l’abandon. ». peut être le titre d’un autre article?

    MERCI BEAUCOUP SYLVIE.
    A très bientôt. AVEC jOIE.
    Sylvie

    1. Bonjour Sylvie!
      Je vous remercie pour votre commentaire. Et oui, selon moi, il existe une différence entre le rejet et l’abandon. Je comprends que vous soyez restée sur votre fin. Toutes les blessures feront l’objet d’un article très bientôt, et donc, la blessure d’abandon sera traitée. J’espère qu’il pourra vous éclairer. En tout cas, j’y ferai particulièrement attention sachant que vous vous interrogez sur cette distinction.
      Alors, à bientôt.
      Lumineusement vous.
      Sylvie.

  2. Bonjour,
    Jusqu’à hier soir, je ne connaissais pas ce terme de blessure de rejet, un ami m’a expliqué que c’était surement ce dont je souffrais en partie, que cela pourrait expliquer mon manque de confiance en moi et ma peur de l’inconnu, ma peur de l’échec et des tas d’autres peurs.
    J’aimerai savoir comment guérir de ce mal insidieux qui me gâche la vie.
    Merci d’avance si vous pouvez m’éclairer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *