burn-out

Burn-out, dépression…Des Solutions !

Le burn-out.

Le burn-out, le mal du siècle! Aujourd’hui, la dépression est connotée de façon négative alors que le burn-out est « autorisé » par notre société. Quelque part, l’épuisement professionnel va de soi puisque qu’on en demande toujours plus avec de moins en moins de moyens, dans tous les domaines et dans toutes les fonctions. Alors que la dépression n’est pas liée au travail, en revanche, il peut sérieusement l’aggraver! Et, si l’on y regardait de plus près, le burn-out serait-il une conséquence d’un mal être général, d’une dépression (des pressions!) sous-jacente? Et, la dépression serait-elle une conséquence grave d’un burn-out non détecté? Qu’est-ce-qui différencie un burn-out d’une dépression? Et puis, le burn-out n’est pas un état, c’est un long processus, avec plusieurs stades. Pas si simple de répondre à cette question, même les professionnels de santé le confessent… Et, il n’est pas aisé pour eux d’annoncer une dépression à l’un de leur patient, la personne serait remise en cause! Alors qu’un burn-out, c’est le travail! C’est vrai que c’est plus simple, pour tout le monde…

Sauf que si on creuse après ce passage « forcé » qu’est le burn-out, si l’on répond aux questions pourquoi, comment, que s’est-il passé. On peut se rendre à l’évidence! La personne diagnostiquée en burn-out est bien mise en cause. Si l’on considère que le problème ne vient pas de l’autre, que l’autre fait juste miroir, pour pouvoir travailler sur soi (oui, je sais, au début ça pique un peu de lire ou d’entendre cela!) et que tout est expérience sur cette Terre, alors la responsabilité mise sur le travail n’est peut-être pas si catégorique…

Les personnes touchées par le burn-out.

  • Des consciencieux, qui aiment le travail bien fait.
  • Des gens qui ne savent pas dire non, par peur de déplaire à leur patron, à leurs collègues, et tous l’ont bien compris!
  • Des personnes qui ne délèguent pas, par manque de confiance.
  • Des perfectionnistes.
  • Ce sont les meilleurs éléments, ils sont motivés, enthousiastes, créatifs, ambitieux.
  • Des individus qui ne savent pas reconnaitre leurs besoins.

 

Les symptômes d’un burn-out.

  • Le sommeil est perturbé et il n’est pas réparateur, une fatigue profonde et intense s’installe.
  • Un sentiment d’inefficacité.
  • Des troubles de l’attention ou des pertes de mémoires.
  • Irritabilité
  • Sentiment de solitude, de vide.
  • Déshumanisation, les actes deviennent mécaniques.

Le manque d’autonomie, la reconnaissance quasi inexistante, le faible soutien social et le peu de communication insufflent le burn-out. La fatigue arrive au grand galop face à un stress négatif. La pression devient trop forte et l’impression de manquer de ressources pour l’affronter se présente. C’est alors, que le corps nous interpelle, insomnies, anxiété, douleurs, manque d’envie, on se coupe peu à peu du monde qui nous entoure et surtout de nos émotions, des alertes corporelles, signes avant coureurs!!! La bonne nouvelle c’est qu’il y a des solutions!

 

Les solutions.

Un choc émotionnel peut parfois sortir du cercle infernal et insidieux. Et ce choc, quel qu’il soit, est salvateur même s’il apparait comme extrêmement douloureux de notre point de vue. Souvent, c’est un tiers qui nous apporte la lumière, sans qu’il le veuille forcément,  un regard sur ce que nous ne voyons pas et Là, une prise de conscience opère, du moins, on prend du recul. Peut-être pas tout de suite, d’ailleurs (rire!!), peut-être qu’une émotion apparait en premier lieu… PARFAIT! Il se passe quelque chose, et c’est exactement, cette émotion qui va permettre d’avancer. C’est cette émotion qui nous rend de nouveau vivant. Alors oui, allez-y, critiquez, colérez, tempêtez, pleurez, hurlez, injuriez tout ce que vous pouvez dans votre coin (ce n’est pas grave) pour ensuite, prendre du recul sur ce que cette personne vous a dit et allez explorer au fond de vous ce qu’il se passe, accompagné ou pas.

La relaxation, la sophrologie, la reconnexion à soi, le yoga peut vous aider, ou un sport.

 

  • L’observation

D’abord, observer, sortir son pied du cercle, sortir de la situation en tant que témoin de la scène. Comment fait-on pour faire cela? Et bien, on imagine que cette situation arrive à notre meilleur ami et qu’il nous la raconte. Ok? Qu’est-ce-que vous lui diriez, à votre ami?

« C’est normal ce qui t’arrive, t’es trop nul! » Bien sûr que non!! Vous êtes cet ami envers vous-même.

 

 

 

Ou alors, imaginez que vous êtes devant un mur, un grand mur insurmontable, vous tracez un cercle autour de ce mur et vous êtes aussi dans ce cercle, vous êtes dans votre zone de confort (bien que ce ne soit pas si confortable qu’il n’y parait). Bien. Vous ne voyez pas de solution n’est-ce-pas? C’est normal. Maintenant, vous sortez de ce cercle et vous observez ce mur infranchissable, vous êtes plus loin, que voyez-vous? Une échelle posée à côté? Une petite porte? Le mur est haut mais peut-être qu’il n’est pas si long et que vous pouvez le contourner? Etc…Il y a une solution, il y a toujours une solution! Cela a l’air simple et ça l’est, prendre du recul est la clé. En sortant votre pied du cercle, vous pouvez envisager une autre façon de faire, de penser et clac!

Votre solution apparait, magique.

  • L’écoute de soi

Vous êtes le/la seul(e) a savoir ce qui est bon pour vous. Soyez-en certain(e). Et si vous n’y arrivez pas encore, votre corps physique ou votre corps émotionnel va vous le dire, il suffit d’écouter. Votre petite voix intérieure s’exprime elle aussi, écoutez! C’est déjà beaucoup, plus que ce que font la plupart des gens. Vous êtes sur la bonne voix.

Au début, vous aurez besoin de vous concentrez parce que vos automatismes seront encore présents. Alors,

 

 

Posez-vous la question de ce qui est bon pour vous. Et de quoi avez-vous envie et /ou besoin? Sentez au fond de vous cette sensation délicieuse de choisir!  

 

  • En parler

Ne restez pas tout seul dans votre monde de solitude à penser que personne ne vous comprend (bon, c’est vrai que tout le monde ne peut pas comprendre). Cependant, des personnes bienveillantes peuvent vous aider, à contourner le mur par exemple (lol). A vous remettre d’aplomb. Ce peut-être un ami bien sûr, dans un premier temps ou votre conjoint. Toutefois, il sera impliqué émotionnellement. Il n’est pas toujours facile de parler de soi à un professionnel. Mais, ils ont des outils, des pistes, des clés qu’ils peuvent vous transmettre. Et, il serait bien dommage de s’en priver!

 

  • Savoir dire NON.

Vous avez envie de rugir un non et vous sortez un oui docile…Pas si facile quand on ne l’a pas expérimenté, quand on n’a jamais essayé, quand on n’a jamais osé! Alors, il y a toujours la possibilité de dire « oui, mais… »

  • Oui, mais pas tout de suite
  • Oui, peut-être…
  • Oui, mais j’ai besoin d’un coup de main.

Pour ensuite, dire un vrai non, sans agressivité juste en se préservant, en ayant écouter ses besoins. En déléguant!!!

Vous pouvez vous exercer à dire non sans vous justifier. A la maison, dans un environnement protégé, où il sera plus facile d’expérimenter le non. Avec des personnes qui vous aiment. Vous pouvez même leur demander de vous faire faire des exercices d’entraînement!

 

  • L’acceptation

 

 

Reconnaissez vos propres limites. Accueillez vos émotions, pardonnez-vous de n’être pas parfait. Acceptez vous.

Vous êtes votre meilleur atout!

 

 

 

Bon courage à vous qui connaissez le burn-out, une chose que vous devez savoir, ce n’est pas une fin, c’est le début d’une grande aventure, l’aventure de soi, du vrai soi. Alors, ayez confiance en vous et ayez le courage d’être vous!

 

 

 

Tout le monde n’a pas la chance de faire un burn-out!!

 

 

Je vous invite à écrire vos commentaires, je vous remercie, à bientôt.

Lumineusement vous, Sylvie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *